Un personnage de roman en dessin #1

Coucou! Aujourd’hui je vous propose un nouveau type d’article. Comme j’aime beaucoup dessiner et lire, j’ai décidé de commencer un projet qui réunisse ces deux activités. J’aimerais donc dessiner de temps en temps quelques personnages des romans que je lis.  Lire la suite « Un personnage de roman en dessin #1 »

Publicités

Se libérer de la pression sociale

Bonjour! Aujourd’hui j’ai décidé que j’aillais publier cet article, je prends mon courage à deux mains, et je le sors des brouillons. Je souhaitais parler avec vous de la spontanéité, et des contraintes sociales qui pèsent sur les adultes.

Lire la suite « Se libérer de la pression sociale »

Pourquoi on ne devrait pas se dire « vegan » ou « féministe »

Bonjour à vous ! Le titre de cet article vous a peut être interpelé, ne vous inquiétez pas je vais m’expliquer tout de suite. Aujourd’hui je vais donc vous parler d’engagement, et des limites des noms de mouvement, du fait de mettre des étiquettes qui n’est peut être pas une bonne chose.

Je pense que l’on ne devrait pas se coller des étiquettes car ce serait réduire un combat universel pour plus de justice et de paix, bref, une lutte pour améliorer le monde à un simple aspect du problème (ex : egalité homme femme, bien être animal).

Les enjeux aujourd’hui sont multiples et c’est pour cela que l’on devrait agir selon une démarche globale, plutôt que de s’engager sur une seule cause. Améliore-t-on le quotidient si on fait des dons pour l’éducation des enfants dans les pays pauvres mais qu’à coté de ça, on ne cède pas sa place dans le bus à une grand mère parce qu’elle est voilée ou qu’on harcèle un de ses camarades de classe ? NON.

Ainsi, donner un nom c’est donner une limite. Et cela peut aussi conduire à une hiérarchisation des combats sociaux, une sorte de compétition de celui qui est le plus engagé (ex : les véganes sont mieux que les végétariens…).

De plus, chaque individu à un contexte de vie et un caractère différent, donc il est logique que nous ne pouvons pas tous participer de la même facon.

Quand je dis plus haut que la démarche doit être globale, cela ne sous entends pas qu’il faut culpabilser de ne pas pouvoir être féministe, et créer une association contre le harcèlement, et faire de l’humanitaire et manger vegan ect… C’est évident que l’on ne peut pas tous faire et que l’on sera peut être un peu plus engagé piur certaines cause, ce que je voulais dire c’est que l’on doit faire ce que l’on peut mais en prennant conscience des différentes choses à faire évoluer. Que ce soit un engagement réfléchi et non une simple envie de rejoindre un groupe.

Certe, un mouvement, des slogans, aide à faire connaitre une cause, convaincre ou encourager les gens qui en font partis. Cependant, cette image peut aussi décourager dans le sens ou une personne lamba qui voit des gens escalader une centrale nucléaire pour se faire entendre va peut être ce dire qu’elle, elle ne serait jamais capable de faire ca donc que ce qu’elle fait ne sert à rien et elle ne rejoindra pas cette cause. Et cela peut aussi être un facteur de culpabilisation.

En résumé : rendre accessible un mouvement peut être un moyen de convaincre, mais il faut éviter de passer de la simplicité au simplisme et ne pas adhérer à un groupe mais s’engager à sa façon après une démarche réflechie.

N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire.

Et avant qu’un éventuel rageux me face dire ce que je n’ai pas dit, je ne suis pas contre les féministes, véganes et autres associations, au contraire ce sont pour moi des causes légitimes mais je pense que coller une étiquette à ces combats peut justement être contre productif et que cela peut, dans une certaine mesure, diviser au lieu de rassembler !

Sur ceux merci de m’avoir lu et bon weekend à vous ! (bon je m’en vais réviser histoire moi ^^)